HOMMAGE : Litié Boagnon chante et pleure Séry Bailly, un sage de son temps
 Litié Boagnon chante et pleure Séry Bailly, un sage de son temps
Feu Pr. Séry Bailly Z. | PHOTO: archives
Posté le Ven 08 Février 2019     Source: correspondance particulière

Décédé le 02 décembre dernier, le Pr. Séry Bailly Zacharie sera porté en terre ce week-end dans son village de Guéya (S/P de Daloa). Universitaire de renom, l’homme ne mérite-t-il pas que son départ pour l’au-delà soit célébré en des termes biens choisis et dus à son rang de Magister ? Litié Boagnon admirait le maître. Le Maître le lui rendait si bien qu’ils se confondaient parfois en ressemblance. C’est donc à juste titre que l’élève pleure ici le maître. A lire absolument.

Ceux qui passent des pleurs à l'élégie quand vient à disparaître un des leurs ont raison. Il y a de quoi entonner des chants de consolation pour mieux effacer les douleurs intérieures et cicatriser les cœurs meurtris. Comment pleurer Séry Bailly? Il y avait encore la vie dans ce regard plein de gaieté, ce sourire toujours enthousiaste et chaleureux. Le professeur tenait la parole sur le campus de l'Université de Cocody, l'espace qu'il a lui-même sanctuarisé. La parole l'a brutalement lâché face à un monde, celui des universitaires, dont il était une sorte d'oracle immortel. Cela suffisait pour nous faire pleurer. Surtout qu'à la vérité, et on s'en est bien rendu compte, le croissant de cheveu blanc qu'il portait nous a tous trahis. On avait pensé à un signe d'éternité. Si cette touffe de cheveu blanc était effectivement une preuve évidente de sa grande sagesse, la sagesse elle-même n'est pas gage de longévité, encore moins d'éternité. La longévité est d'abord un vécu. D'où d'ailleurs le proverbe ''qui vivra verra''. «Zôkôgnon ne gwlè» (le téméraire ne vit pas longtemps). «On est donc condamné à vivre moyennement pour vivre longtemps», disait Séry Bailly lui-même, le 25 mars 2018 à Yacolidabouo, à l'occasion de la deuxième édition du Didiga festival.

Le poète tradi-oraliste Gbaza Madou Dibéro, se demandait, face à la mort, qui a appelé la pluie diluvienne, Djéglou Zèbhlè ? Si nous aussi, sommes en droit de nous interroger comme Dibéro, la pluie diluvienne nous rappelle que notre désir d'éternité n'est en fait qu'une vanité, et que nous avons le devoir de préférer l'élégie aux pleurs. Les chansonniers traditionnels bheté disent : «Cesse donc, pluie. Et qu'on voie mes larmes». Or la pluie diluvienne et les pleurs torrentiels, par temps d'incertitude et de détresse, ne peuvent conduire le plus généreux des Okamion (ceux qui ont les larmes abondantes) qu'à la résignation et à la dérision. Cessons donc de pleurer Séry Bailly et célébrons ce qu'il nous laisse comme héritage : la sagesse d'un homme qui s'est hissé comme une voûte, sur le toit du monde des intellectuels. Car sa parole était sagesse. Et il a vécu cette sagesse.

Un homme qui savait dire ce qu'il pense.Remercions d'abord cet ''éphémère immortel'', pour reprendre les mots de Paul Valéry, d'avoir étanché quelque peu notre soif de connaissance et satisfait notre goût pour ce qui est bien dit et bien écrit. Il savait formuler sa pensée. Il savait surtout rendre sa pensée, comme réponse à cette quête de perfection langagière dont nous sommes tous friands. Imprégné de nos ivoirismes - il serait certainement en train de nous dire en quoi ce temps lourd et hideux qui passe est ''biekissant'' - Séry Bailly touchait à notre conscience par son sens de l'humour et de la repartie. Beaucoup d'entre nous, dans une sorte de voyeurisme ému, ont contemplé ses ébats avec les mots, se laissant même aller à des orgasmes par procuration. A travers ses chroniques et ses analyses dans la presse, ses publications dans les revues scientifiques, ses hommages post-mortem, ses œuvres en tant que romancier, ses essais politiques, Séry Bailly nous évitait la somnolence intellectuelle dont il faut craindre, avec sa disparition, une possible recrudescence. Il y a un style Séry Bailly : La saveur exquise de l'expression et la profondeur de la réflexion qui vole haut.

 

Ceci dit, l'enfant de Guéya (Daloa) a un itinéraire. De Treichville, où il est né en 1948, au pays profond, il s'est attelé à maîtriser la culture urbaine et l'univers des traditions ancestrales. Urbi et orbi. Les Bheté évoquent Aguiri Godo, le boulet qu'on traîne éternellement, quand les Grecs nous enseignentSysiphe et sa fameuse pierre. L'effort de Séry Bailly a été de grimper, avec abnégation au sommet de la montagne de la connaissance. Pour y parvenir, il s'est attaché le calme et l'esprit vif de Harris Memel-Fotê et la capacité d'introspection des anciens de nos villages. L'introspection invite forcément à la prudence. Il est de notoriété que Séry Bailly, avec une étonnante ubiquité, a excellé aux différents maillons de la connaissance comme philosophe, anthropologue, sociologue, historien, linguiste etc. Il était la sentinelle aux confluents de tous les savoirs, savant parmi les savants, dans ce monde où apprendre à s'ouvrir aux autres et à l'humilité relève à la fois du sacerdoce et de la gageure. L'humilité précède l'humanité. Il avait accédé à la dernière par la porte de la première, dans une sorte de résilience permanente.

 

Un philosophe de son temps. Le grand enseignement qu'il nous laisse porte sur «le temps comme mesure de l'endurance et de la fidélité». Deux valeurs intimement liées et consubstantiellement attachées à la résilience. Fidélité en amitié, en politique et dans la vie tout court. Ne pas perdre pied face à l'adversité pour ne pas céder à l'abdication donc à l'échec. C'est à cette exigence que Séry Bailly nous invite. La fidélité, chez lui, a pour socle l'humilité. L'humilité est la qualité reconnue à ceux qui ne proclament pas leur force, ceux qu'on tient d'abord pour faibles avant qu'on ne reconnaisse leur force. L'humilité ne doit cependant pas supprimer, en soi, l'estime de soi qui n'est pas la vantardise. «La raison du plus faible est toujours la plus humaine», nous enseigne-t-il, reprenant en cela, la célèbre phrase du philosophe Michel Serres. Comment le faible doit-il faire pour échapper à plus fort que lui ? Doit-il le défier ? Foucault disait : «Le droit de vie et de mort est en fait le droit de faire mourir ou de laisser vivre». Toutes les oppositions et les rivalités, et les batailles qui en découlent, trouvent leur signification dans le fait qu'elles distinguent, in fine, le fort du faible, et consacrent le triomphe du premier sur le second. Le poids des acteurs, la pugnacité dont ils font preuve, déterminent très souvent la détestation qu'on a pour le fort et la compassion qu'on éprouve pour le faible.

 

Chez les Bheté, la rivalité ou le rapport de force qui conduit à la victoire du fort sur le faible est restituée par la mythique opposition entre deux animaux : Gbi, la panthère, et Badè, la loutre. L'un symbolise la puissance et la cruauté. L'autre est connu pour sa capacité à résister. ''Gbi klou, Badè klou'' (la panthère et la loutre se défient à travers leurs rugissements). La capacité de résistance de la loutre est en fait la résilience qui renseigne qu'à la vérité, le faible n'est rien moins que le fort qui a le sens de l'esquive. L'idée, dans l'allégorie de Gbi et Badè, c'est de réussir à faire cohabiter les forts et les faibles pour un monde meilleur, harmonieux, dans l'ambiante fragilité humaine. Sous ce rapport, la résilience, chez Séry Bailly, ne promeut nullement une philosophie de la faiblesse, encore moins qu'elle ne consacre la faiblesse de sa philosophie.

 

Le souci de l'équilibre. C'est de l'histoire de la panthère et de la loutre qu'il tient son souci de l'équilibre, une autre forme de résilience. Ne l'avait-on pas surnommé le ''doseur'' au Collège de l'Orientation de Treichville ? La recherche de l'équilibre, chez lui, procède avant tout de l'exigence d'être débout, sur ses deux jambes, pour espérer marcher avec les autres. Son passage à la Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr), que d'aucuns n'ont pas hésité à qualifier de trahison, l'a conforté dans sa conviction que les Ivoiriens ne peuvent que ''marcher ensemble'', sur la route du destin commun. Et c'est à son maître à lui, le savant Memel Fotê qu'il a emprunté les éléments pour structurer sa démarche épistémologique à travers la représentation de l'unité du monde bheté.

 

Cette unité est symbolisée par la toile et le vent.La toile, l'être-ensemble et l'avoir-ensemble, qui désigne le monde, Péo dont les équivalents en malinké et en akan, respectivement Dounougnan et Min, ramènent au même objet. La toile est un tissage à la fois ouvert et fermé. Tout est lié. Ce qui arrive aux uns affecte les autres. C'est l'exigence de la solidarité humaine. Le vent renvoie au dynamisme, au mouvement. Ce qui veut dire que la solidarité humaine est une quête de tous les jours. Et il faut être ensemble pour pouvoir rêver et bâtir un monde meilleur. Pour être ensemble, Séry Bailly préconise Wou abhlin'ne ou Wa'abhli'ne : Cheminer ensemble. «La question fondamentale, selon le philosophe, c'est comment cheminer pour ne pas tomber et arriver à destination. Pour cela, il faut avoir une conscience claire de la destination. La destination n'est pas le terminus. La destination, c'est ce qu'on choisit soi-même. Il faut donc que la vision de la destination soit partagée. La destination, c'est surtout la route qui doit y mener. Parfois il y a des carrefours dont la société doit discuter pour arriver à des consensus.

 

Il y a aussi la question du rythme. Il y en a qui marchent vite et d'autres, lentement. Il faut savoir avec qui on chemine. Celui avec qui on chemine peut avoir des exigences qui sont contraires aux nôtres. Il y en a qui veulent continuer et ceux qui veulent qu'on s'arrête. Marcher trop vite ou trop lentement met en péril le rythme du groupe. Quand le vent est fort, il risque de déchirer la toile»,explique le philosophe. D'où l'idée de cohésion dans la procession. «Il faut voir le voyage comme une procession, comme on va au Titê, cheminer dans la joie et la confiance», suggère Séry Bailly. L'exemple de la tontine où ''tout le monde veut prendre premier'' édifie sur le manque de confiance dans une œuvre d'ensemble. Or, si dans le cas de la procession, on n'a pas la confiance que les autres vont s'aligner, on va au chaos.

Chacun appréhende le chemin selon son objectif quand la nation fixe un but à tout le monde. Le philosophe de Guéya nous a pourtant prévenu avant de s'en aller: «La destination est une chose, le terminus en est une autre». Objectif ou but, il faut parvenir à concilier ces deux exigences. Séry Bailly nous laisse donc en héritage le ''Wa Bhli né (cheminer ensemble). Le terme bhli, en bheté, signifie ''emprunter un chemin''. Il renvoie curieusement à la fois à ''tomber'', ''se perdre'' ou ''se tromper de chemin''. Comment ne pas tomber ou se perdre pour arriver au terminus, questionnait-il, à juste titre. S'il est du devoir de ses disciples et admirateurs de tenir le pari de résister pour ne pas trahir son enseignement, le maître a réussi une prouesse funeste et frustrante. Celle de tomber et de se perdre au moment où nous avions le plus besoin de lui. Il n'avait que 70 ans. Un âge qui commande, pour le célébrer, qu'on déclame pour lui, dans l'allégresse et non dans la tristesse, «Dégbo wénégné a zika dôgbô» (femmes, remuez les seins) comme le chantait son ami Loué Djédjé Ernest dit Ernesto. Sa mort ne nous concède que cette protestation à la dimension du vide qu'il laisse: «Abhihi Bailly Zibodi na wlou ne dodo me wan» (l'ami Bailly Zibodi, la terre qui va t'engloutir ne te convient pas). «Zadiaaa ! Klou Gbiaaa !» (Zadi ! Rugis comme la panthère!), c'est la devise qu'il tient du vaillant guerrier Gbogou Nohonè, un des lieutenants du résistant Zokou Gbeuli. C'est une invite à demeurer increvable quoi qu'il advienne. Il nous revient de l'assumer à présent qu'il est parti.

 

Litié Boagnon

 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

JUSTICE : voici pourquoi Blé Goudé ne trouve pas de pays d’accueil

 voici pourquoi Blé Goudé ne trouve pas de pays d’accueil
Posté le Lun 18 Février 2019     rue225 ...    

Cela fait bien deux semaines que Charles Blé Goudé a recouvré la liberté et devrait maintenant, au regard des décisions de justice de la CPI, trouver un pays d’accueil. Malheureusement, le Président du COJEP attend toujours, coincé dans un hôtel... Lire la suite >

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : 14 nouvelles universités construites d’ici à 2025

 14 nouvelles universités construites d’ici à 2025
Posté le Lun 18 Février 2019     CICG-CI ...    

M.Albert Toikeusse Mabri, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a annoncé, le 17 février dernier que la Côte d’Ivoire qui compte 7 universités va en construire 14 nouvelles à l’horizon 2025 pour répondre... Lire la suite >

DESTRUCTION : un drame se joue à Port-Bouët. Plus de 5000 personnes bientôt à la rue à cause du prochain métro

 un drame se joue à Port-Bouët. Plus de 5000 personnes bientôt à la rue à cause du prochain métro
Posté le Sam 16 Février 2019     rue225 ...    

Un drame se joue sous nos yeux dans la commune de Port-Bouët. Alertée depuis le mercredi dernier par des coups de fils de riverains, notre équipe de reportage est allée faire le constat de ce qui s’apparente à un drame humanitaire. Plus de 5000 personnes... Lire la suite >

PEOPLE : la justice française requiert 7 ans de prison contre Olomidé

 la justice française requiert 7 ans de prison contre Olomidé
Posté le Sam 16 Février 2019     koaci.com ...    

La Justice française a requis une peine de 7 ans de prison à l’encontre de la star de la rumba, Koffi Olomidé pour des accusations d’agressions sexuelles, apprend-on de source judiciaires.  Le parquet de Nanterre a finalement requis une peine de sept ans ... Lire la suite >

COTE D’IVOIRE : un mouvement proche de Guillaume Soro se mue en un parti politique

 un mouvement proche de Guillaume Soro se mue en un parti politique
Posté le Sam 16 Février 2019     APA ...    

Le Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (RACI), un mouvement politique proche de l’ex-président du Parlement, Guillaume Kigbafori Soro, s’est mué samedi en un parti politique social-démocrate, lors d’une Assemblée générale constitutive... Lire la suite >

CONF’PRESS : Guillaume Soro crée un Comité politique, et s’inscrit dans un groupe parlementaire en gestation

 Guillaume Soro crée un Comité politique, et s’inscrit dans un groupe parlementaire en gestation
Posté le Ven 15 Février 2019     rue225 ...    

Réelle volonté de participer au débat politique ou simple diversion ? Dans un cas comme dans l’autre, Guillaume Soro, le néo ex-Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, vient de créer un Comité politique... Lire la suite >

RANKING : les meilleures équipes nationales africaines de ces dernières années

 les meilleures équipes nationales africaines de ces dernières années
Posté le Ven 15 Février 2019     everydaychimp.com ...    

Bien qu’aucune équipe africaine n’ait remporté la Coupe du Monde de la FIFA, il y a beaucoup d’équipes extrêmement talentueuses et populaires. Qui ont captivé l’imagination des fans de football du monde entier par leur habileté, leur... Lire la suite >

STRATEGIE : une semaine après sa démission, Soro s'adresse à la presse et à la Côte d’Ivoire

 une semaine après sa démission, Soro s'adresse à la presse et à la Côte d’Ivoire
Posté le Ven 15 Février 2019     lebanco.net ...    

Une semaine jour pour jour après sa démission, l'ancien président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro animera une conférence de presse ce vendredi à 13 heures à sa résidence d'Abidjan... quatre  heures seulement avant l'audience... Lire la suite >

REPRESSION : Michel Gbagbo empêché de sortir du pays

 Michel Gbagbo empêché de sortir du pays
Posté le Jeu 14 Février 2019     rue225 ...    

C’est l’information qui fait le buzz depuis ce matin. Michel Gbagbo, fils de l’ex-Président Laurent Gbagbo aurait été empêché de sortir du pays. C’est son avocate, Me Habiba Touré, qui a situé les faits via une correspondance... Lire la suite >

EXPRESS : les Cités ‘U’ de Port-Bouët, en route pour la réhabilitation, 8 ans après.

 les Cités ‘U’ de Port-Bouët, en route pour la réhabilitation, 8 ans après.
Posté le Jeu 14 Février 2019     rue225 ...    

Qui n’a pas connu ou ne connait pas les fameuses Résidences universitaires de Port-Bouët ? Les Résidences Port-Bouët I, Port-Bouët II, Port-Bouët III, Cité des mariés et de Vridi, de la belle époque. Ces Cités ‘U’... Lire la suite >

PROCES : en appel, Lobognon s’en sort avec 6 mois de prison avec sursis et libération immédiate

 en appel, Lobognon s’en sort avec 6 mois de prison avec sursis et libération immédiate
Posté le Jeu 14 Février 2019     abidjan.net ...    

Condamné en première instance à 12 mois de prison ferme et placé sous mandat de dépôt le 29 janvier 2019 pour ‘’divulgation de Fausse nouvelle’’, le député de Fresco, Alain Lobognon a écopé de six mois de... Lire la suite >

REPLIQUE : le gouvernement ivoirien qualifie d’«allégations» le rapport d’Amesty sur les droits de l’Homme

 le gouvernement ivoirien qualifie d’«allégations» le rapport d’Amesty sur les droits de l’Homme
Posté le Mer 13 Février 2019     APA ...    

Le gouvernement ivoirien qualifie d‘«allégations » le récent rapport de l’ONG Amnesty International sur la Côte d'Ivoire qui dénonce des « violations » des droits de l’Homme et des « harcèlements judiciaires»,... Lire la suite >

INTERVIEW : Gbagbo, CPI, Soro, Bédié, RHDP, FPI, RDC…Alassane Ouattara dit tout.

 Gbagbo, CPI, Soro, Bédié, RHDP, FPI, RDC…Alassane Ouattara dit tout.
Posté le Mer 13 Février 2019     RFI ...    

Le président ivoirien Alassane Ouattara, présent au 32e sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba, en Éthiopie, est l'invité Afrique de RFI. Pour la première fois, il revient sur la démission de Guillaume Soro à la présidence ... Lire la suite >

ENTRETIEN : «Utiliser le nom d’Houphouët-Boigny pour créer un parti politique me paraît être une escroquerie morale» (Babily Dembélé, président du Cidp)

 «Utiliser le nom d’Houphouët-Boigny pour créer un parti politique me paraît être une escroquerie morale» (Babily Dembélé, président du Cidp)
Posté le Mar 12 Février 2019     Parti Politique ...    

M. Babily Dembélé, le président du Congrès ivoirien pour le développement et la paix (Cidp) jette ici un regard sur l'actualité sociopolitique en Côte d'Ivoire. Le 26 janvier dernier, s'est tenu le 1er congrès ordinaire du Rhdp.... Lire la suite >

EDUCATION : mise au point de la CNEC relativement à la paralysie qui frappe l’Enseignement supérieur

 mise au point de la CNEC relativement à la paralysie qui frappe l’Enseignement supérieur
Posté le Mar 12 Février 2019     CNEC ...    

Le BEN de la CNEC n’est pas content qu’on veuille lui faire porter le chapeau de la paralysie qui frappe en ce moment l’Enseignement supérieur. Dans la déclaration ci-après, dont nous avons reçu copie, il nous le fait savoir, preuve de son innocence à... Lire la suite >

ALERTE : les Etats-Unis inquiets pour 2020

 les Etats-Unis inquiets pour 2020
Posté le Mar 12 Février 2019     rue225 ...    

C’est ce qui s’appelle tirer la sonnette d’alarme, en prévision des incertitudes qui pourraient planer autour de la présidentielle de 2020. Selon une information relayée sur les réseaux sociaux, les Etats-Unis ne cachent pas leur inquiétude face... Lire la suite >

PUBLICITE

Sondage

Dépêches APO

African Press Organization Plus de Dépêches APO | Cliquez ici

PUBLICITE

FLASH INFOS BabiLeaKs